Offre d’emploi / Ingénieur(e) d’Études (9 mois)

« Intégration d’une cartographie de l’état des réseaux en temps réel et déploiement d’une brique “pair-à-pair” dans une plateforme d’alerte multicanale »

Candidature recevable jusqu’au 10 février 2020 (lire les informations concernant les dates en bas de cette page)

L’usage du masculin dans l’ensemble de cet appel à candidatures a pour but d’alléger la forme littéraire et
ne saurait avoir d’autre signification.

Contexte général

Ce contrat sera financé dans le cadre du projet Cap-4-Multi-Can’Alert, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et le Secrétariat Général de Défense et Sécurité Nationale (SGDSN), au titre de l’appel ANR FLASH « Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 ». Ce projet a notamment pour but de capitaliser les connaissances acquises sur les Capacités d’action (autorités vs. individus) et le Protocole d’Alerte Commun (CAP) pour accompagner un changement de Cap et proposer une Alerte Multicanale en France. A ce titre, un ingénieur d’étude sera recruté pour une période de 9 mois au sein du laboratoire UMR ESPACE 7300 CNRS, à l’Université d’Avignon. L’équipe d’Avignon est composée de 12 enseignants-chercheurs, 1 directeur de recherche, 4 ingénieurs de recherche et 1 gestionnaire.

Objectifs du projet ANR-19-FLJO-0006-01

Cap-4-Multi-Can’Alert est un projet de développement expérimental. Il a pour but de développer une solution d’alerte multicanale innovante, qui combinera différents canaux, adaptés aux contextes réglementaires et technologiques se profilant en France, et qui intègrera les besoins des utilisateurs finaux et les réactions à attendre des populations. Pour cela, le consortium créé est inédit : il est composé par 3 industriels (ATRISC, GEDICOM & QWANT) et par 2 laboratoires de recherche publics (ESPACE Univ. Avignon & CHROME Univ. Nîmes). Les participants exploreront, testeront et valideront les aspects techniques et scientifiques de façon itérative. La preuve actuelle du concept et les modalités de travail (1 semaine réunissant le consortium par mois, et des interactions régulières avec les administrations centrales – les services de la DGSCGC – et les gestionnaires des sites qui accueilleront les expérimentations – Center Parc, Orange Vélodrome et Avignon Université) permettront de s’adapter à la réalité opérationnelle la plus réaliste possible, à court terme, et aux demandes (parfois non anticipées) de tous ces acteurs, publics ou privés.

La plateforme qui servira de support initial existe déjà (elle a un niveau de maturité technologique de 9 et elle est utilisée en Belgique). Cependant, de nouvelles briques technologiques y seront combinées pour assurer la diffusion sur les ondes radio, pour éviter la congestion des réseaux de télécommunication, et diffuser sur les téléphones en mode « pair-à-pair » en cas de coupure électrique. Ces innovations permettront de garantir l’acheminement instantané de l’alerte, même en situation dégradée. L’ensemble des compétences et des connaissances capitalisées par le consortium permettra la montée en charge rapide du démonstrateur, pour atteindre un niveau de maturité de 6 en 18 mois. La scénarisation et la réalisation d’exercices en conditions réelles avec divers publics, en lien avec des exercices cadre déjà organisés et d’autres exercices prévus par les autorités en 2020, constitue une prise de risque assumées : conformément à la réglementation, ces mises en situation sont délicates pour des raisons éthiques, déontologiques et juridiques. Mais une mise en sécurité rapide et appropriée concerne tout le monde. La pluralité des sites d’expérimentations permettra par ailleurs de valider la solution dans des configurations proches de celles attendues pour les J0 (2 sites privés fermés et 1 site public ouvert), avec des populations multiculturelles, et de garantir l’industrialisation du produit, qui vient répondre à la pluralité des usages et des besoins attendus pour les JO 2024, voire même au-delà.

Ce projet est ambitieux au regard de plusieurs verrous, à la fois techniques (comment harmoniser la diffusion des messages dans le Protocole d’Alerte Commun, quels que soient les capacités réseaux, les sites, les événements et/ou les supports), scientifiques (comment accroître les capacités d’action et escompter une prise de décision rapide, et comment impliquer le public dans des situations d’urgence simulées réelles?) et opérationnels (comment réduire le délai nécessaire à l’activation et à la validation institutionnelle de l’alerte, et garantir l’acheminement de l’alerte depuis une plateforme numérique, y compris en mode dégradé ?).

Les retombées pour les Jeux Olympiques et paralympiques sont aussi indéniables : faire de l’alerte l’un des piliers de la sécurité de cet événement planétaire ; contribuer à sauver des vies, en rendant le citoyen un véritable acteur de sa propre sécurité ; faire de la France une nation exemplaire dans le domaine de l’intégration du multiculturalisme ; mettre en avant les savoirs français dans le domaine de l’alerte multicanale.

Durée du projet ANR-19-FLJO-0006-01

Le projet Cap-4-Multi-Can’Alert a débuté son exécution physique le 1er janvier 2020 pour une durée de 18 mois ans (jusqu’au 30 juin 2021). C’est un projet ANR FLASH de courte durée, qui nécessite une montée en charge rapide et qui est ambitieux vu les courtes échéances.

Missions allouées au contrat proposé (Ingénieur(e) d’Études / 9 mois)

Deux missions sont en particulier prévues, en appui au WP1 (Design du moteur et validation du prototype) :

Mission 1 : L’ingénieur d’études devra rédiger un bref état de l’art scientifique sur les apports / limites / enjeux des cartographies des réseaux (électriques, télécommunications) en temps réel, et il devra ensuite proposer une interface vers le démonstrateur, pour que les décisionnaires puissent avoir accès à ce type d’informations au moment de leur prise de décision. Si certains réseaux sont perturbés, saturés voire coupés, il faut en informer les utilisateurs car cette information peut à elle seule conditionner la nature de leurs actions, et le choix de canaux d’alerte à prioriser (doivent-ils activer uniquement ceux qui fonctionnent ?). Le livrable attendu permettra de démontrer l’intérêt de diffuser l’alerte avec le prototype créé lors de situations simulées de pannes électriques.

Mission 2 : L’ingénieur études devra aussi contribuer (avec des partenaires impliqués) à la création d’une brique « pair-à-pair », pour que des téléphones puissent communiquer ensemble, même en cas de coupure du réseau Internet ou des télécommunications. Des premières expérimentations ont été menées lors lors du festival WeLoveGreen (en 2019), avec des tests réalisés sur une cinquantaine de téléphones pour tester Briar et Serval en condition réelle. Les téléphones mobiles pourront se connecter en réseau local (LAN via WIFI) / en réseau personnel (WPAN via Bluetooth). Ces solutions permettront de connecter les appareils selon les réseaux radio chiffrés disponibles, et elles seront à nouveau déployées pour évaluer la scalabilité, les latences et les surfaces de couverture en situation réelle.

Les deux missions devront être finalisées à la fin du contrat. Elles pourront être menées en parallèle si c’est nécessaire. De façon évidente, l’Ingénieur d’Études devra participer à la création des deux livrables attendus sur chaque mission. Il devra également accompagner la vie du projet (en participant aux réunions du Comité de pilotage et au Comités de suivi, où seront conviés les utilisateurs finaux impliqués), et tenir compte des remarques / demandes de modifications de toutes les parties prenantes.

Profil du candidat attendu

L’ingénieur d’Études doit être titulaire d’un Master en géographie ou en Informatique. Un profil à l’interface entre plusieurs domaines (sciences de l’informatique, sciences de l’information, ou sciences géographiques) serait un plus pour les interprétations attendues sur les 2 missions du projet.

Compétences nécessaires en amont

  • Une parfaite maîtrise en programmation et en modélisation objets ;
  • Une parfaite connaissance des apports / limites des cartographies des réseaux en temps réel ;
  • Une parfaite maîtrise des outils SIG ;
  • Une bonne maîtrise du fonctionnement d’un réseau « pair-à-pair » ;
  • Une bonne connaissance du fonctionnement de l’alerte aux populations ;
  • Un intérêt pour les démarches participatives et collaboratives ;
  • Une ouverture à l’interdisciplinarité.

Date du contrat et lieu d’exercice

Le contrat de l’Ingénieur d’Études doit commencer dans les trois mois qui suivent le début de l’exécution physique du projet. Autrement dit, l’Ingénieur d’Études sera recruté entre le 1er février ou le 1er mars 2020, et les 9 mois du contrat seront étalés à partir du premier jour du contrat. L’Ingénieur d’Études sera hébergé au sein des locaux de l’UMR ESPACE 7300 CNRS, à Avignon.

Rémunération

L’Ingénieur d’Études sera financé en respectant les réglementations en vigueur et les grilles salariales de l’Université d’Avignon. La base salariale annuelle correspond à un salaire chargé de 43 080 euros (soit un salaire brut mensuel chargé de 3 590 euros, ou un salaire net mensuel de 1 795 euros).

Contacts

Le responsable scientifique du projet Cap-4-Multi-Can’Alert est Johnny Douvinet, MCF-HDR en Géographie à l’université d’Avignon, et membre de l’UMR ESPACE 7300 CNRS.
Adresses mail : johnny.douvinet@univ-avignon.fr

Procédure de sélection

Pour candidater, il faut adresser, avant le 12 mars 2020 et par mail :
–     une lettre de motivation personnalisée
–     un CV de 2 pages (avec expériences et publications)
–     un exemplaire (au format numérique) de la thèse
–     le rapport final de soutenance

Pour candidater, il faut adresser, avant le 10 février 2020 et par mail :
–     une lettre de motivation personnalisée
–     un CV de 2 pages
–     les relevés de note du Master obtenu

Sélection des candidatures retenues : 12 février 2020

Oral des candidats retenus : 14 février 2020 (pour une réponse le 15 février 2020).

Début du contrat attendu : au plus tard, le 1er mars 2020.


Vous aimerez aussi...