On recrute… / Recherche d’un(e) doctorant(e)

Une offre de contrat doctoral financée par l’EUR ODYSSEE / Université Côte d’Azur est proposée à ESPACE-Nice.

L’urbanisme de la complexité par le langage des patterns
Approches analytiques, projectuelles et communicationnelles

Description du sujet :

Le passage des théories sur les espaces urbains à des politiques d’intervention est crucial à la fois pour la communauté scientifique, les pouvoirs publics et les concepteurs. Traditionnellement, l’aménagement urbain a été guidé soit par des théories géographiques, dont la recherche a successivement montré la faible pertinence avec les problématiques de l’urbanisation contemporaine (par exemple la théorie des lieux centraux de Christaller), soit par des modèles urbains issus de « visions » d’urbanistes charismatiques, caractérisés souvent par une approche spatiale plus esthétique que sociale et par conséquent des nombreuses limites d’usage autant que
sociales (cité-jardin, unité de voisinage, cité radieuse, écoquartier, smart city…).

Les modèles ont été âprement critiqués à partir des années 1960 (Jacobs 1961, Alexander 1965) à cause de leur méconnaissance des fonctionnements urbains auxquels ils étaient censés apporter des solutions. Cependant, la performativité des modèles en urbanisme reste puissante : ils sont restés fortement ancrés dans la pratique professionnelle, même s’ils ont été tempérés par une prise en compte plus récente des transitions socio-écologiques. En réalité, la matrice de fond fonctionnaliste de ces modèles, anciens et récents, n’a été remise en discussion que partiellement. Les limites qui sont imputables à ces approches restent ainsi d’actualité : elles tendent à une hyper-simplification de l’organisation spatiale de la ville (Alexander 1965) et elles ont du mal à répondre véritablement au problème de complexité auto-organisée que la ville incarne (Jacobs 1961). Se pose également la question de comment intégrer la pluralité des savoirs des acteurs concernés. La concertation est ainsi rentrée dans la pratique professionnelle, mais non sans
contradictions (Bacqué et Biewener, 2015). Ainsi, bien que toute politique urbaine ne puisse pas éluder le paradigme et les principes fondateurs de la science de la complexité (Fusco 2018), décideurs et concepteurs restent désarmés face aux problèmes de compréhension, de communication et de procédure en aménagement que la prise en compte de la complexité pose.
La recherche financée par cette bourse doctorale sera dédiée à l’étude d’une proposition méthodologique originale, directement ouverte à la pratique professionnelle, permettant de relier les acquis de la science de la complexité à l’urbanisme : les langages des patterns. Selon le profil du-de la candidat-e, trois différentes options permettront de décliner ce sujet selon l’optique des
approches analytiques, des approches de projet ou des approches communicationnelles.

Dans A pattern language (Alexander et al. 1977) et The timeless way of building (Alexander 1979), Christopher Alexander propose des solutions opérationnelles pour l’architecte et l’urbaniste souhaitant intervenir sur la ville complexe. Il pose la question de la génération de formes urbaines aptes à répondre à des besoins identifiés, en passant par la méta-modélisation du problème : les patterns. Mot difficilement traduisible en langue française, un pattern est une “solution-type” mise au point au cours du temps pour répondre à un problème récurrent au sein d’un système. En urbanisme, les patterns sont ainsi des solutions, sédimentées par les sociétés humaines au cours de millénaires, qui lient les formes urbaines à des usages. De ce point de vue, ils puisent dans la recherche en morphologie urbaine (Caniggia et Maffei 1979, Castex et al. 1980, Oliveira 2016), qui caractérise des types et tissus historiquement et culturellement situés. Cependant, les patterns ressemblent davantage à une collection des meilleures solutions trouvées au cours de l’histoire à des problèmes types.

A Pattern Language (Alexander et al., 1977) propose ainsi un ensemble de 253 patterns pour la conception de projets à diverses échelles, allant du détail architectural aux macro-formes urbaines. Parmi ceux-ci, on retrouve par exemple le pattern du front bâti sur la rue, organisant l’agencement des bâtiments le long de l’espace public, ou ceux de l’organisation géométrique et topologique des réseaux des parcours piétons et automobiles. L’ouvrage constitue l’apport le plus reconnu du Center for Environmental Design de l’Université de Berkeley au débat sur la conception urbaine et architecturale. Différentes critiques ont été formulées à cet ouvrage (Dawes et Ostwald, 2017), mais elles ne sont pas nécessairement une critique à l’approche des langages des patterns en général. Selon Salingaros (2005), certains patterns d’Alexander sont questionnables, mais la logique du langage est particulièrement puissante : les interconnexions entre les patterns, qui permettent de parler d’un “langage” et pas seulement d’une “collection”, prouvent la malléabilité de ce système par rapport à la rigidité de chaque solution-type et montrent sa capacité à mieux prendre en compte la complexité urbaine.

L’approche du langage des patterns pour les espaces urbains, qu’il soit plus ou moins en lien avec celui proposé par Alexander, rencontre ainsi un renouveau d’intérêt au cours des dernières années. Mehaffy et al. (2020) proposent 80 patterns qui intègrent les défis de l’urbanisation du XXIe siècle et les avancés de la recherche urbaine au cours des dernières décennies. En France, le
laboratoire ESPACE a élaboré un langage des patterns plus spécifique aux réalités urbaines européennes (Fusco et al., 2023). À l’Université de Cracovie, des chercheurs proposent une convergence entre le langage des patterns et la programmation orientée objets pour la modélisation des espaces urbains (Zyla 2023). Des nouvelles perspectives s’ouvrent ainsi à l’application du langage des patterns en urbanisme.
Dans cette lancée, ce projet de thèse veut explorer des nouvelles propositions méthodologiques tournées vers l’emploi des patterns pour les espaces urbains et reliant la recherche scientifique à la pratique opérationnelle. Si jusqu’ici les architectes ont été relativement réticents à en faire usage (surtout au nom de la créativité dans la conception que la logique des patterns pourrait restreindre), il s’agit de questionner l’opérabilité du langage des patterns plutôt en urbanisme, une perspective particulièrement originale dans la recherche française. En particulier, selon le profil du-de la candidat-e, cet appel à candidature propose trois sujets de thèse complémentaires,
répondant chacun à des enjeux spécifiques de l’urbanisme : l’analyse, la planification et la médiation.

Sujet 1. Approche analytique : lire et comprendre la ville par les patterns

Sujet 2. Approche projectuelle : les patterns pour renouveler la pratique de planification urbaine

Sujet 3. Approche communicationnelle : la prise de décision en urbanisme à l’aide des patterns

Terrains :

Les terrains privilégiés des trois sujets de thèse seront les villes françaises et européennes, avec une attention particulière aux espaces urbains de la région PACA. Les approches comparatives seront privilégiées dans les sujets 1 et 2, avec un intérêt plus marqué pour la comparaison internationale dans le sujet 2.

Profil recherche et compétences attendues :

Le-a candidat-e choisira et développera l’une des trois orientations de recherche identifiées. Pour l’ensemble des trois orientations de thèse, le-a candidat-e idéal-e aura une connaissance solide des procédures de l’urbanisme en France, ainsi que des apports théoriques et méthodologiques de la complexité urbaine.

La première orientation s’adresse plus particulièrement à un profil de géographe quantitativiste, avec un bon bagage en géomatique et en analyse spatiale des formes et des fonctionnements urbains.

La seconde orientation cible davantage un profil d’urbaniste-aménageur, avec une maitrise des enjeux de la forme urbaine, une appétence pour l’étude des politiques publiques et au dialogue avec les acteurs opérationnels. Pour cette deuxième orientation, l’ouverture à un autre contexte européen sera un atout dans une démarche comparatiste.

La troisième orientation est conçue pour un profil à cheval entre l’urbanisme et les sciences de l’information et de la communication, en vue de l’engagement dans une démarche de concertation. Il est particulièrement demandé une connaissance des méthodes qualitatives de terrain et une appétence pour les théories et méthodes du design participatif.

Les sujets 2 et 3 incluent une dimension de recherche partenariale incontournable avec les collectivités locales ou les agences d’urbanisme, dimension qui pourra éventuellement être aussi explorée pour le sujet 1. Dans cette optique, une démarche de recherche-action sera essentielle en ce qui concerne le sujet 3. Dans tous les cas, le-a candidat-e devra avoir de grandes capacités d’écoute et d’ouverture vis-à-vis des exigences du monde professionnel de l’urbanisme et une partie de la recherche portera précisément sur cet échange de connaissances et de procédures entre le monde professionnel et la recherche.

Les autres compétences requises, quelle que soit l’orientation choisie, sont les suivantes : un très bon niveau en français et en anglais, voire la maîtrise d’une autre langue européenne (dans l’optique d’une approche comparative) ; rigueur conceptuelle et dans l’application des différentes méthodologies (variées selon l’orientation de recherche) ; autonomie, dynamisme et force de proposition ; compétences rédactionnelles.

Encadrants :

La thèse débutera en octobre 2024 et sera co-encadrée par Giovanni Fusco, Directeur de Recherche CNRS à l’Université Côte d’Azur (UMR ESPACE) et Ornella Zaza, Maitresse de Conférences à l’Université Côte d’Azur (URE TransitionS).

Candidature :

CV, lettre de motivation ainsi que relevés des notes de M1 et M2 sont à adresser au plus tard le 1er juillet 2024 à giovanni.fusco@univ-cotedazur.fr et ornella.zaza@univ-cotedazur.fr. La lettre de motivation est limitée à 2 pages et développera, sur une page, une proposition pour l’orientation de recherche choisie.

Les candidat-e-s devront disposer d’un M2 permettant l’accès au doctorat à la date du 4 juillet 2024.

Les candidat-e-s retenu-e-s seront auditionné-e-s le 4 juillet (heure à définir selon le nombre de candidatures reçues)

[Offre de thèse complète en PDF]


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Brachet (12 juin 2024). On recrute… / Recherche d’un(e) doctorant(e). Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11swb


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search