Soutenance de thèse / Lisa Macera

Lisa MACERA soutiendra sa thèse de doctorat le mercredi 22 mai 2024, à l’IMREDD (9 rue Julien Lauprêtre, 06200 Nice, France), salle 2-210 à 14h00, à Nice.

Restauration des écosystèmes de mangroves : Évaluation et améliorations des pratiques à travers une étude comparative de projets à l’échelle mondiale

Ce travail a été réalisé sous la direction de Julien Andrieu (Maître de conférences – HDR, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE) et de Sylvain Pioch (Université Paul Valéry, Montpellier 3).

Le jury sera composé de :

  • Laurent Godet, directeur de recherche, Université de Nantes
  • Valéry Gond, directeur de recherche, CIRAD
  • Claire Golléty, maîtresse de conférences, CUFR Mayotte
  • Marie-Christine Cormier-Salem, directrice de recherche, IRD
  • Sylvain Pioch, maître de conférences, Université Paul Valéry
  • Julien Andrieu, maître de conférences, Université Côte d’Azur

Résumé :

Les mangroves sont des socio-écosystèmes côtiers uniques qui se situent au niveau des zones tropicales et subtropicales mondiales. Elles subissent des dégradations anthropiques et naturelles compromettant à la fois leurs fonctionnalités écologiques et leurs nombreuses contributions aux sociétés humaines. Face à ce constat, de nombreux projets de restauration des mangroves ont vu le jour. Cependant, sur le long terme, un grand nombre de ces initiatives a échoué, mettant en lumière un manque de compréhension de l’écosystème et de sa relation avec les sociétés humaines.

Dans ce cadre, cette thèse a pour objectif principal de répondre à la problématique suivante : Comment améliorer l’efficacité des projets de restauration écologique des mangroves ? Trois objectifs de recherche ont émergé pour y répondre : (i) évaluer l’efficacité des projets de restauration pour la nature et la société (ii) identifier les lacunes conduisant aux mauvaises pratiques , et enfin (ii) proposer des solutions pour améliorer les projets. Pour atteindre ces objectifs, une analyse géographique des projets de restauration à l’échelle mondiale a été entreprise, examinant chacune des grandes phases des projets : la conception, la mise en œuvre des mesures de restauration et le suivi-évaluation.

Dans la phase de conception, une des lacunes majeures identifiées est le manque de méthodes d’évaluation standardisées de l’état pré restauration du site accessibles aux gestionnaires. Afin de répondre à ce besoin, les bases de l’outil d’évaluation rapide RAM MANGROVES ont été développées. Une analyse bibliographique, couplée à des entretiens semi-directifs avec des experts et étayée d’un test sur le terrain a permis d’aboutir à une méthode constituée de 16 descripteurs écologiques et socio-économiques, ainsi que d’un protocole de terrain standardisé.

Dans la phase de mise en œuvre, un état de l’art des mesures de restauration et une synthèse des recommandations scientifiques afin de les améliorer ont été réalisés. Pour ce faire, une analyse comparative des projets de restauration à l’échelle mondiale et l’étude approfondie d’un cas particulier aux Philippines ont été réalisés. Ces travaux ont mis en évidence l’importance cruciale d’une approche systémique intégrant des aspects écologiques, sociaux et économiques pour maximiser les chances de réussite d’un projet de restauration. Ils ont également confirmé un point essentiel : la réhabilitation des conditions propices au développement des mangroves doit être pensée en première intention, la replantation ne doit être envisagée que si les conditions environnementales favorables au maintien et au développement de la mangrove ont déjà été réhabilitées, ou n’ont pas été dégradées. Ce travail a également mis en lumière que la plupart des recommandations scientifiques ne sont pas respectées dans beaucoup de projets de restauration des mangroves.

Enfin, dans la phase de suivi-évaluation, un manque important d’évaluation des projets a été identifié. Pour encourager les porteurs de projets à réaliser cette étape cruciale, une approche par télédétection à haute résolution est proposée. Cette approche a été utilisée afin d’évaluer l’évolution du couvert végétal de six sites de restauration au Costa Rica, au Sénégal, au Bénin et aux Philippines. Cette analyse utilise des images Landsat et Sentinel. Une analyse à multiples échelles spatiales et temporelles a été réalisée afin de garantir la robustesse des interprétations. Les résultats ont révélé une grande précision de la cartographie, avec un indice de Kappa moyen de 0,95, confirmant la fiabilité de cette approche.

En synthèse, l’efficacité des projets de restauration des mangroves se révèle étroitement liée à la qualité de la conception du projet, à la pertinence des mesures de restauration sélectionnées, à l’engagement actif des communautés locales et à l’utilisation d’outil de suivi approprié.

Mots-clés :

Restauration des mangroves, méthode d’évaluation rapide, télédétection, système socio-écologique, suivi écologique


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Brachet (15 mai 2024). Soutenance de thèse / Lisa Macera. Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11oc3


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search