Appel à candidature / Sujet de la thèse “Les repères de crues : des marqueurs mémoriels à l’épreuve des changements globaux”

L’école doctorale Culture et Patrimoine, Avignon Université, et le laboratoire ESPACE (site d’Avignon) ouvrent un appel à candidature pour le sujet de thèse intitulé :

“Les repères de crues : des marqueurs mémoriels à l’épreuve des changements globaux”


Référence ADUM : 53948

Résumé du projet de thèse

Si les « repères de crue » sont régulièrement évoqués pour témoigner du risque inondation en France, ils existent sous différentes formes depuis la période contemporaine. Certains ont fait l’objet d’un « marquage » (macarons, traits des hauteurs atteintes sur un mur), tandis que d’autres sont liés à des représentations (cartes postales, autres formes d’iconographie). Ce n’est d’ailleurs que depuis l’article 42 de la loi du 30 juillet 2003, relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages, que les repères de crue ont été promus. Cette loi insiste sur le besoin de faire un inventaire des repères existants, mais aussi sur la nécessité d’avoir un référentiel commun pour installer les futurs repères (Metzger et al., 2018). Auparavant, l’initiative se faisait à l’échelle locale ou de façon empirique, sans réelle coordination, d’où l’importance de cette loi.
Même s’il existe une injonction réglementaire à la pose des repères de crue, leur affichage n’en reste pas moins très inégal, selon les territoires (Garnier, 2015) ou selon la confiance accordée aux savoirs vernaculaires (Gontier, 2008). Les repères de crues ne sont pas non plus considérés de la même manière, certains les voyant comme de simples « marqueurs mémoriels dans l’espace public » (Gontier, 2008), d’autres comme des « outils territoriaux de construction de la culture du risque » (Schoeneich et Busset-Henchoz, 2000 ; Macdonald, 2010 ; Sundberg, 2015), ou comme la traduction d’un « apprentissage social autour du risque local d’inondation » (McEwen et al., 2018). La question de la pertinence de cet objet se pose aussi en termes de patrimonialisation : si les repères sont chargés d’entretenir la connaissance des inondations passées, des élus n’hésitent pas à les « cacher » (en évitant les rues ou les secteurs touristiques), sans même parler des marques qui restent allégrement masquées par la végétation, ou qui ont été détruits lors des réparations successives à des événements marquants.
Trois questionnements complémentaires sont envisagés dans ce projet de thèse, qui portera sur la basse vallée de la Durance – entre Mirabeau et Avignon :
1) Très peu de travaux (sauf quelques monographies) ont nourri une réflexion sur les repères de crue en tant que marqueur territorial de la culture du risque inondation dans le quotidien. Les repères de crues comme traces patrimonialisées d’une histoire locale originale sont par ailleurs intégrés dans des parcours touristiques, tels que ceux proposés par le Centre Méditerranéen de Prévention des Risques Majeurs, le CPRIM (Avignon, île de la Barthelasse par exemple), sans même savoir qu’en pensent les personnes sensibilisées.
2) Si les repères récents peuvent être évoqués à travers des verbatims, les plus anciens nécessitent une plongée dans une documentation plus difficile (iconographie, archives), afin de reconstituer toute l’histoire environnementale de la rivière (Dupont, 2012). En retour, la compréhension de la localisation des repères de crues et, conséquemment, la formation d’une culture du risque nécessite une mise en contexte des événements exceptionnels. Ces repères n’ont de sens qu’en fonction de la configuration de la zone – lits et rives – au moment des crues, et du rôle joué par les facteurs explicatifs (intensité de la pluie, cumul des pluies antécédents, infrastructures, localisation des habitants lors de la crue…).
3) Face aux changements globaux en cours, la localisation des repères de crues (est-ce que les inondations à venir seront aussi marquantes que celles survenues par le passé ?) et leur patrimonialisation (via des outils numériques ou des lunettes connectées ?) amènent à débattre de leur utilité : est-il concevable de faire face à des crues identiques à celles survenues par le passé, alors même que l’environnement a parfois été profondément remanié ou totalement artificialisé ?

nts de planification urbaine.

La date limite de candidature est le 30 mai 2024.

Pour plus de renseignements, merci de contacter :

Johnny Douvinet : johnny.douvinet@univ-avignon.fr ou Stéphane Durand : stephane.durand@univ-avignon.fr



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Brachet (25 mars 2024). Appel à candidature / Sujet de la thèse “Les repères de crues : des marqueurs mémoriels à l’épreuve des changements globaux” Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w328


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search