Appel à candidature / Sujet de la thèse “Explorer par la simulation les conditions de possibilité pour des formes urbaines plus durables conciliant lenteur et accessibilité”

L’école doctorale Culture et Patrimoine, Avignon Université, et le laboratoire ESPACE (site d’Avignon) ouvrent un appel à candidature pour le sujet de thèse intitulé :

“Explorer par la simulation les conditions de possibilité pour des formes urbaines plus durables conciliant lenteur et accessibilité”


Référence ADUM : 54615

Résumé du projet de thèse

La ville est avant tout un fort potentiel d’interactions sociales (PIS), c’est-à-dire une possibilité d’interagir avec des personnes nombreuses et variées pour des coûts de transport limités. Ce fort PIS constitue son essence même, car il favorise l’émergence des économies d’agglomération, à la base de la compétitivité économique et de l’innovation. Longtemps basé sur la densité, le PIS s’est construit à partir des années 70 sur la vitesse automobile, qui a permis aux populations et activités de s’espacer pour satisfaire leurs aspirations, notamment à plus de surface, tout en garantissant une bonne accessibilité et des budgets temps de déplacement stables. Toutefois, la contrepartie a été la dépendance à la vitesse automobile pour nombre d’individus qui ne sont plus en mesure de relier, avec des temps de transport contenus, leurs lieux de vie (emplois, commerces, loisirs) devenus trop distants et qui sont souvent reliés par des transports publics déficients.
Aujourd’hui, le consensus existe pour lutter contre ces territoires basés sur l’usage généralisé de la voiture et son cortège de nuisances environnementales et économiques. Cela passe par le développement d’une offre de transport alternative à la voiture, mais aussi, plus fondamentalement, par une action sur la forme urbaine pour réintroduire la possibilité d’un fonctionnement basé sur la proximité physique. C’est ce que prônent les concepts en vogue de ville à portée de main ou de ville du quart d’heure qui visent à (re)mettre à proximité de tous les grandes fonctions sociales urbaines : habiter, travailler, s’approvisionner, être en forme, apprendre, s’épanouir. Bien qu’attrayants, ces concepts ou récits demeurent toutefois peu opérationnels, faute de préciser les moyens et conditions de leur réalisation, et faute de prendre en compte les demandes nombreuses et parfois contradictoires des différents acteurs. Par exemple, densifier peut être vu par les aménageurs comme un objectif pour plus de proximité, pour limiter la consommation foncière, développer les TC ou réduire le coût des réseaux techniques, mais dans le même temps la densification est rejetée par une partie de la population et elle peut aussi rimer avec îlot de chaleur urbain ou réduction de la biodiversité. On le voit, les injonctions d’un retour à la proximité et/ou à des formes simples (ie denses et compactes), incapables de satisfaire des exigences multiples ne suffisent donc pas.
Fondamentalement, il s’agit donc de trouver des compromis, et la question des formes urbaines durables peut donc être posée comme un problème d’optimisation. C’est l’idée qui a prévalu à l’élaboration du logiciel Optidens, développé par les encadrants, et dont le principe de base est: dis-moi à quelle ville tu aspires (quels niveaux d’accessibilité, de densité, de compacité, etc.), et Optidens te diras si cette ville est possible, avec quelles transformations nécessaires (quantités de population ou d’aménités à relocaliser et/ou à ajouter) et avec quelle vitesse minimale de déplacements. Ainsi, Optidens permet d’explorer les conditions de possibilité-faisabilité d’une ville lente, mais qui reste accessible.
Si Optidens est déjà fonctionnel, il reste 1/ à réaliser des simulations pour des cas d’étude réels ou théoriques afin d’explorer le triptyque : Exigences pour des formes urbaines durables ↔vitesse minimale requise ↔ formes obtenues. L’objectif est d’aboutir à un « catalogue » de formes urbaines reliées à des attendus et à des vitesses minimales de déplacement 2/ à améliorer Optidens en intégrant de nouvelles contraintes sur les formes obtenues, notamment en termes de contiguïté du bâti et de contact bâti-nature
L’opérationnalisation d’Optidens doit en faire un outil pour l’aide à la réflexion sur le futur des villes et un outil pratique de l’aménagement, mobilisable par exemple dans le cadre de l’élaboration des documents de planification urbaine.

La date limite de candidature est le 10 mai 2024.

Pour plus de renseignements, merci de contacter :

Cyrille Genre-Grandpierre : cyrille.genre-grandpierre@univ-avignon.fr ou Serigne Gueye : serigne.gueye@univ-avignon.fr



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Brachet (25 mars 2024). Appel à candidature / Sujet de la thèse “Explorer par la simulation les conditions de possibilité pour des formes urbaines plus durables conciliant lenteur et accessibilité” Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w329


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search