Soutenance de thèse / Andrea LULOVICOVA

Andrea LULOVICOVA soutiendra sa thèse de doctorat le vendredi 19 janvier 2024, à 9h00 au learning center de l’IMREDD (9 rue Julien Lauprêtre, 06200 Nice, France) à Nice.

Évaluation environnementale des systèmes alimentaires territoriaux : Apports de l’analyse du cycle de vie territoriale à la construction et à l’évaluation des processus de reterritorialisation durables des systèmes agroalimentaires en France

Ce travail a été réalisé sous la direction de Stéphane Bouissou (Professeur, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE) et co-encadré par Nicolas Viaux (Maître de conférences, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE).

Le jury sera composé de :

  • Claire Delfosse, Professeure des Universités, Université Lumières Lyon 2
  • Eléonore Loiseau, Ingénieure en chef des Ponts, des Eaux et des Forêts, INRAE
  • Guy Robinson, Professeur, University of Adelaide
  • Nicolas Viaux, Maître de conférences, Université Côte d’Azur
  • Salma Loudiyi, Professeure, VetAgro Sup
  • Stéphane Bouissou, Professeur des Universités, Université Côte d’Azur

Résumé :
Les bouleversements climatiques et environnementaux actuels affectent profondément nos sociétés et les écosystèmes. La production et la consommation alimentaires jouent un rôle clé dans ces perturbations. Le système alimentaire mondialisé, caractérisé par une production et une consommation de masse et une dissociation entre producteurs et consommateurs, exerce une pression considérable sur les territoires et leurs ressources. Pour remédier à cette situation, la reterritorialisation de l’alimentation émerge comme une solution prometteuse en vue d’un système alimentaire plus durable. La France se positionne comme précurseur dans cette démarche, notamment grâce au récent développement des Projets Alimentaires Territoriaux (PAT). Ces projets visent à promouvoir une économie alimentaire locale et durable, tout en favorisant les circuits courts. Pourtant, malgré leur potentiel, les répercussions environnementales de ces initiatives demeurent peu étudiées. La plupart des études actuelles comparent les circuits courts et les circuits longs en se concentrant principalement sur l’impact du transport. Elles ne tiennent ainsi pas compte des avantages systémiques liés au développement de pratiques plus durables au sein des systèmes territorialisés. Afin de pallier cette lacune, cette thèse adapte la méthodologie de l’Analyse du Cycle de Vie Territoriale (ACV-T) pour construire et évaluer les systèmes alimentaires territoriaux avec une perspective environnementale et systémique. La méthodologie adaptée est utilisée comme i) outil de diagnostic, ii) évaluation d’actions du PAT et iii) prospective territoriale. L’ACV-T est appliquée à deux territoires français très différents, la municipalité de Mouans-Sartoux dans les Alpes-Maritimes et le département du Finistère. Les deux territoires sont pionniers dans la mise en place de projets alimentaires territoriaux (PAT). L’analyse environnementale de leurs systèmes alimentaires comme diagnostic initial révèle l’ampleur des impacts directs et indirects, notamment liés aux produits importés et aux intrants agricoles. Les résultats montrent que le transport joue un rôle minoritaire dans ces impacts. Les deux territoires dépendent fortement des importations alimentaires pour nourrir leurs habitants. Les circuits courts, et par conséquent leur impact, restent limités. L’évaluation de politiques publiques menées à Mouans-Sartoux au cours des cinq dernières années démontre des bénéfices environnementaux notables. Une réduction d’environ 20 % des impacts environnementaux, notamment en termes de changement climatique et d’usage des terres, est estimée. Dans le cas du Finistère, la construction d’un scénario prospectif met en lumière les avantages potentiels de stratégies territoriales, plus particulièrement en lien avec l’encouragement à développer des pratiques agroécologiques. En conclusion, ce travail pluridisciplinaire montre la pertinence de méthodologies basées sur l’analyse du cycle de vie comme outil d’aide à la planification et à l’évaluation territoriale des systèmes agroalimentaires. Il montre également le potentiel des politiques de reterritorialisation à contribuer à la transition écologique des territoires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Brachet (8 janvier 2024). Soutenance de thèse / Andrea LULOVICOVA. Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjvu


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search