Soutenance de thèse / Florent LOMBARD

Florent LOMBARD soutiendra sa thèse de doctorat le mercredi 20 décembre 2023, à 14h30 à l’IMREDD (salle 2-010) à Nice.

Dynamique spatio-temporelle de la mangrove Sénégal : caractérisation de la résilience des espèces végétales par la modélisation spatiale des processus biologiques

Ce travail a été réalisé sous la direction de Julien Andrieu, Maître de conférences – HDR, à l’Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE.

Le jury sera composé de :

  • Julien ANDRIEU, Maître de conférences HDR, Université Côte d’Azur (Directeur de thèse)
  • Aude NUSCIA TAÏBI, Professeure des universités, Université d’Angers (Rapportrice)
  • Marc ROBIN, Professeur des universités, Université de Nantes (Rapporteur)
  • Véronique HELFER, Directrice de recherche, Leibniz Centre for Tropical Marine Research (Examinatrice)
  • Cheikh MBOW, Directeur de recherche, Centre de Suivi Écologique du Sénégal (Examinateur)

Résumé :
Les mangroves du Sénégal se caractérisent par une couverture partielle des estrans. En effet, proportionnellement à la salinité des eaux et des sols, la partie haute des estrans est trop salée et acide pour la vie des palétuviers. Ces espaces sont appelés les tannes. L’interface entre la mangrove et les tannes fluctue dans le temps, en réaction aux variations de l’hydrosystème, suivant les fluctuations climatiques. Ainsi, les fluctuations de la limite mangrove-tanne définissent la plage de métastabilité et de résilience de l’écosystème de mangrove dans les estuaires du Sénégal.

Dans le delta du Saloum, la variabilité climatique des dernières décennies offre une opportunité d’étudier la résilience de la mangrove. Par conséquent, une méthodologie basée sur la mise en synergie de la télédétection, de données in-situ ainsi que la modélisation statistique et spatiale a permis d’appréhender la réaction de la mangrove aux changements de l’hydrosystème. Les résultats de cette thèse indiquent que les fluctuations climatiques des dernières décennies ont affecté la structure spatiale de la répartition des espèces. La mangrove du Saloum a montré une résilience globale face aux changements pluviométriques, oscillant entre 500 mm et 700 mm de précipitation annuelle, notamment dans les parties du delta où les concentrations en sel sont les plus élevées. Néanmoins, une espèce, Avicennia germinans, trouve rarement les conditions propices à son établissement et à la colonisation de l’interface mangrove-tannes. Sa capacité d’établissement semble nécessiter des cumuls pluviométriques plus importants et un moment plus précoce dans la saison des pluies. Ainsi, les résultats de cette thèse mettent en évidence, de manière plus précise, qu’un seuil pluviométrique de 600 mm peut probablement induire des modifications de l’organisation spatiale des espèces de la mangrove, en fonction de son atteinte en août ou en fin d’année.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Brachet (11 décembre 2023). Soutenance de thèse / Florent LOMBARD. Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1v4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search