Soutenance de HDR / Sandra PEREZ

Sandra PEREZ, Maître de conférences à l’Université Côte d’Azur, soutiendra son Habilitation à Diriger des Rercherches (HDR) à l’IMREDD, à Nice, le vendredi 10 mars 2023 à 14h30, Salle Visioconférence 2 – 210 (Public).

Sujet. « Pour une dose [géographique] réponse en santé environnementale »

Jury.
Virginie CHARLES, Professeur de Géographie, Université de Saint-Etienne, Rapportrice
Céline ROZENBLAT, Professeur de Géographie, Université de Lausanne, Rapportrice
Francelyne MARANO, Professeur émérite de Biologie cellulaire et de Toxicologie, Université de Paris, Rapportrice
Sébastien GADAL, Professeur de Géographie, Aix-Marseille Université, Examinateur
Philippe WEBER, Professeur en Génie Informatique, Université de Lorraine, Examinateur
Pascal STACCINI, Professeur de Santé Publique, Université Côte d’Azur, Garant

Résumé :
Le domaine de la santé environnementale manque cruellement de théorisation. Cela s’explique par la relative jeunesse de ce secteur, par le fait que les études prennent du temps, et qu’elles sont complexes. De plus, ces études ne sont pas récurrentes, ni uniformes, les méthodologies employées varient grandement, de même que les populations cibles. Elles sont menées sur des espaces et des échelles géographiques différentes, apparaissent souvent comme contradictoires, et les caractéristiques intrinsèques des espaces sur lesquels elles se déploient sont rarement prises en compte. Dès lors, leur spatio-dépendance freine toute généralisation nécessaire à une théorisation. C’est la raison pour laquelle nous proposons ici une chaîne méthodologique fondée sur l’utilisation des réseaux bayésiens pour remonter aux causes des pathologies (étiologie) en santé environnementale. Le concept opérationnel d’eXpace est également présenté. Il est question de mettre l’espace géographique et sa diversité comme indicateur sanitaire via un triptyque causalités/potentiel/prévention. Les résultats pourront servir à de multiples perspectives de recherche, notamment à la métabolomique qui permettra non seulement de valider les eXpaces trouvés, d’introduire l’expérimentation dans les espaces géographiques, mais également d’affiner l’inclusion de patients dans ce type d’analyses.

Summary:
The field of environmental health is severely under-theorized. This is explained by the fact that it is a relatively young sector, and that studies are time-consuming and complex. Moreover, these studies are neither recurrent nor uniform, the methodologies used vary greatly, as well as the target populations. They are conducted on different geographical spaces and scales, often appear to be contradictory, and the intrinsic characteristics of the spaces on which they are deployed are rarely taken into account. From then on, their spatial dependence puts a brake on any generalisation, which is necessary for theorising. This is the reason why we propose a methodological chain based on the use of Bayesian networks to get to the root causes of environmental health pathologies (aetiology). The operational concept of eXpace is also expounded. The idea is to take the geographical space and its diversity as health index via a causalities/potential/prevention triptych. The results can be used in numerous research perspectives, notably in metabolomics, making it possible not only to validate the eXpaces found and introduce the experimentation into geographical spaces, but also to fine-tune the inclusion of patients in this type of analysis.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nathalie Brachet (21 février 2023). Soutenance de HDR / Sandra PEREZ. Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1u0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search