Soutenance de thèse / Diego Rojas-Angulo

Diego Rojas-Angulo soutiendra sa thèse de doctorat le lundi 14 juin 2021, à 14h à l’Université Côte d’Azur (Nice), en semi-présentiel et par visioconférence en raison de la situation sanitaire actuelle.

« Transitions durables : Modélisation multi-échelles de la diffusion des technologies d’énergie renouvelable et de la résilience urbaine dans le cadre d’une approche en réseau dans les Alpes suisses et sur la Région SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur » 

Ce travail a été réalisé sous la direction de Christine Voiron-Canicio, Professeure des universités à l’Université Côte d’Azur, et co-dirigée par Jean-Christophe Loubier, Professeur à l’University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland.  

Le jury sera composé de :

  • Dominique Badariotti, Professeur, Université de Strasbourg (rapporteur) 
  • Ola Hall, Professeur, Lund University (rapporteur) 
  • Didier Josselin, Directeur de Recherche CNRS, Université d’Avignon (examinateur) 
  • Serge Lhomme, Maître de conférences, Université Paris-Est Créteil (examinateur) 
  • Jean-Christophe Loubier, Professeur, University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland (co-directeur) 
  • Christine Voiron-Canicio, Professeure, Université Côte d’Azur (directrice)

Résumé :

 Cette thèse de doctorat est un travail de recherche interdisciplinaire à l’intersection de la géographie et des études sur l’innovation sur deux sujets : la diffusion des innovations durables et la résilience urbaine à la transition énergétique. Le travail de recherche a été développé dans les Alpes suisses et sur la Région SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur afin de déployer des analyses comparatives. Cette thèse de doctorat étudie la réceptivité des régions aux innovations durables, notamment aux technologies des énergies renouvelables (TER) telles que les panneaux photovoltaïques, les capteurs solaires thermiques dans les Alpes suisses et les véhicules électriques et hybrides en Suisse au niveau national. La recherche a également été développée sur la Région SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur où six indicateurs d’innovation ont été analysés : les panneaux photovoltaïques, les capteurs solaires thermiques, l’énergie éolienne, les petites et grandes centrales hydroélectriques, le biogaz et la biomasse. La recherche visait à améliorer notre compréhension de la capacité des régions à intégrer ces innovations dans leur dynamique et la résilience urbaine à la transition énergétique, à s’adapter au changement, à s’accommoder des perturbations dans le processus de diffusion et à développer de nouvelles voies de diffusion spatiale. Les questions de recherche visaient à étayer notre compréhension des effets de réseau de la diffusion des TER et des perspectives potentielles que les informations spatiales pourraient fournir concernant ces processus de diffusion. 

Les hypothèses sous-jacentes étaient que les TER se diffusent à travers les échelles d’une manière non aléatoire et décrivent un mécanisme d’attachement préférentiel. L’implication de cette dernière hypothèse est que les systèmes urbains d’énergie renouvelable sont fractals, ce qui est la signature des systèmes auto-organisés. Par définition les systèmes résilients sont auto-organisés, dans ce contexte donc, les systèmes d’innovation sont analysés dans le cadre de la résilience urbaine à la transition énergétique. Ainsi, une autre hypothèse a été formulée et propose que les lieux les plus innovants sont plus résilients que les lieux moins innovants. Les approches méthodologiques permettant de répondre à ces questions de recherche et de vérifier les hypothèses sont décrites ci-après. Dans la région suisse, un modèle appelé « Attachement Préférentiel Spatial » (SPA) a été créé sur la base de la théorie de l’interaction spatiale, en s’appuyant sur un modèle gravitaire construit à l’aide d’un system multi-agents et des approches de dynamique des systèmes. L’intégration du modèle gravitaire avec des informations spatiales du TER a permis de construire un réseau spatial, qui a simulé le système énergétique urbain de la région. Les résultats ont permis d’accepter les hypothèses dans lesquelles un mécanisme préférentiel dans le processus de diffusion a lieu, puisque la distribution spatiale de la diffusion suit des lois de puissance. Le modèle a également été appliqué en Suisse et sur la Région SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur, obtenant des résultats similaires, suivant des mécanismes multi-niveaux et hiérarchiques.  

Ces résultats sont conformes à la théorie du path development proposée par les géographes économiques, selon laquelle l’héritage d’un lieu spécifique a au moins un impact partiel sur l’intensité future des processus de diffusion. Ces résultats sont importants dans le paradigme de la durabilité du point de vue de la recherche et constituent un défi pour le cadre d’innovation actuel, appelé « Transformative Change », qui vise à établir une vision plus juste sur des questions socio-économiques et environnementales. Les mécanismes d’attachement préférentiel dans la diffusion des TER impliquent qu’il existe des hubs d’innovation régis par des lois d’échelle urbaine et qui désavantagent d’autres lieux. Le modèle SPA a également été utilisé pour simuler la résilience urbaine à la transition énergétique dans le canton suisse du Valais. Le réseau énergétique urbain a été  » attaqué  » en supprimant les hubs de la structure. Les simulations ont alors montré que le système pouvait se réorganiser au niveau global, avec de forts signes de résilience, mais pas au niveau local. Les systèmes résilients sont auto-organisés, mais cela n’implique pas que la résilience elle-même soit fractale, car des différences ont été constatées dans une perspective spatiale multi-échelle. 

Mots clefs : Transition vers la durabilité, systèmes complexes, diffusion des technologies d’énergie renouvelable, modélisation des réseaux, auto-organisation.  


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search