Soutenance de thèse / Jamel BEN HASSINE

Jamel BEN HASSINE soutiendra sa thèse de doctorat le mardi 30 mars 2021, à l’Université Côte d’Azur.

« La spatialisation des odeurs »

Ce travail a été réalisé sous la direction de Joël CANDAU (Professeur émérite, Université Côte d’Azur, Laboratoire LAPCOS) et co-encadré par Sandra PEREZ (Maître de conférences, Université Côte d’Azur, UMR 7300 ESPACE).

Le jury sera composé de :

Paule-Annick DAVOINE, Professeur à l’Université de Grenoble, UMR PACTE  (Rapportrice)
Martine ADRIAN-SCOTTO, Maître de conférences à l’Université Côte d’Azur, ICN (Examinatrice)
Jean-Paul THIBAUD, Directeur de Recherche CNRS, UMR Ambiances, Architectures, Urbanités (Rapporteur)
Didier JOSSELIN, Directeur de Recherche CNRS, UMR ESPACE  (Examinateur)
Joël CANDAU, Professeur émérite à l’Université Côte d’Azur, LAPCOS (Directeur de thèse)
Sandra PEREZ, Maître de conférences à l’Université Côte d’Azur, UMR ESPACE (Co-directrice de thèse)

Résumé :

L’odeur est une sensation que l’individu perçoit lors d’une stimulation de son système olfactif par un ensemble complexe d’émanations volatiles. L’appréciation de cette odeur connait une variabilité importante en fonction des individus, des cultures, et bien entendu de la substance en elle-même. Les catégories d’odeurs sont multiples. Des recherches sont en cours afin de les discerner plus précisément, mais il est néanmoins possible de les classer entre odeurs nauséabondes qui constituent une gêne, et celles généralement plus agréables, relatives par exemple à l’ambiance ou l’identité olfactive d’un lieu. Si des géographes s’intéressent aux polluants tels que le dioxyde de soufre (SO2), les dioxydes d’azote (NO2), l’ozone (O3), les PM10, etc., il en existe peu à notre connaissance qui s’intéressent aux odeurs. Or, elles peuvent pourtant être vécues par les riverains comme une véritable pollution de l’air (ADEME). Les odeurs peuvent en effet s’inviter dans les habitations, à n’importe quel moment, et être ressenties comme une véritable intrusion dans l’espace de vie. Les nuisances olfactives ne cessent de croître parallèlement à l’essor de certaines activités (raffinage, traitement des déchets, épuration des eaux, élevage…). Elles sont plus intolérables à certains moments de l’année (saison estivale où les personnes vivent plus dehors), ou de la journée (matin). Le niveau de gêne peut aller parfois jusqu’à déclencher des symptômes physiques comme des nausées, des maux de tête ou bien encore des irritations de la gorge ou des yeux.

Summary

Smell is a sensation which the individual perceives during the stimulation of the olfactory system by a complex combination of volatile emanations. How this smell is appreciated will vary greatly depending on the individuals, the cultures, and of course the substance in itself. There are many categories of smells. Research is under way in order to distinguish them more clearly, but it is nevertheless possible to classify them as either nauseous smells which constitute a nuisance, or those which are generally more pleasant, relating to for example an atmosphere or the odor-indentity of a place. If geographers take an interest in pollutants such as Sulphur Dioxide (SO2), Nitrogen Dioxide (NO2) Ozone (O3) and the PM10s, etc, there are few to our knowledge who are interested in odours. Now, they can, however, be experienced by residents as a real pollution of the air (ADEME). Smells can in fact invite themselves into people’s homes at whatever moment, and can be felt as a real intrusion into the living space. Smell nuisances keep on growing, in parallel with the boom in certain activities (refining, waste treatment; water purification; animal rearing….). They are more intolerable at certain moments of the year (summer season, when people live outside more), or of the day(morning). The level of nuisance can sometimes go as far as triggering physical symptoms like nausea, headaches or indeed irritations of the throat or the eyes.



Citer ce billet
Nathalie Brachet (2021, 4 mars). Soutenance de thèse / Jamel BEN HASSINE. Carnet de recherche de l'UMR ESPACE. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1s8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search